Categories

Accueil du site > Le comité local > Commissions > Commission Crises > Une taxe sur les transactions financières pour les peuples et pour la (...)

7 avril 2010
Gaël

Une taxe sur les transactions financières pour les peuples et pour la planète !

Alors que les errements de la finance ont conduit l’Europe au bord du précipice et plongé des millions de personnes de par le monde dans la pauvreté et la faim, il est temps d’agir.

Nous vous invitons à signer et à faire connaître cette pétition européenne adressée aux chefs de gouvernement du G20, et soutenue par des dizaines d’organisations à travers le monde (pour signer, cf. à la fin du texte de la pétition).

JPEG - 4.2 ko

Mesdames et messieurs les membres du G20,

Le secteur financier est responsable de la crise économique actuelle. La croissance exponentielle de ce secteur, concentré sur ses profits spéculatifs à court terme, a créé une économie de casino. Avec l’explosion de la dernière bulle, des millions d’hommes et de femmes ont perdu leur emploi. Partout dans le monde, des gens se sont enfoncés dans la pauvreté et cent millions de personnes supplémentaires souffrent de la faim.

Vous avez mobilisé des centaines de milliards de dollars pour sauver les banques et le système financier. Mais vous ne répondez pas aux crises sociales et écologiques avec la volonté politique et les ressources financières indispensables.

Les multinationales du secteur financier ont bénéficié pendant des décennies de l’absence de régulation significative, et sont largement responsables de la crise. Je pense qu’il est temps qu’elles paient leur juste part des coûts de la relance. Une taxe sur les transactions financières serait l’instrument le plus efficace pour le garantir.

Elle permettrait :

  • De dégager les fonds nécessaires pour payer les coûts sociaux de la crise, pour financer les biens publics mondiaux telle que la santé ou la lutte contre la pauvreté et le changement climatique.
  • De contribuer à une plus grande stabilité du système financier, en réduisant la spéculation et une liquidité excessive.

Poursuivre les pratiques habituelles n’est pas une option envisageable. Je vous demande de décider, lors de votre prochaine réunion à Toronto les 26 et 27 juin 2010, l’introduction d’une taxe sur les transactions financières.

Transformez vos discours en actes.

Bien à vous

Voir en ligne : Signez sur le site de la campagne !

Commentaires

Répondre à cet article